Je savais depuis vendredi matin que je devais prendre mon train ce matin et faire impérativement un certain nombre de choses avant.

J'ai réussi à faire deux lessives samedi et la troisième dimanche. Je ne pouvais pas anticiper le vidage des ordures, la coupure de l'eau et du ballon d'eau chaude ainsi que le chauffage (que j'avais juste allumé depuis la veille).

Mais attendre ce matin pour préparer mes valises, tailler ma pilosité (cheveux, barbe, moustache, pubis, aisselles), ce n'était pas une bonne idée. D'ailleurs, j'en ai oublié d'éteindre 3 convecteurs et la préparation de mes valises m'a fait louper mon bus (et je vais me rendre compte dans quelque temps que j'ai oublié un truc - J'ai bien failli oublier ma carte orange et puis, finalement, je l'avais mais pas avec ce que je pensais).

Bah, j'en ai été quitte pour me taper le trajet à pied et j'ai failli rater mon train. J'ai foncé comme un malade (j'en avais mal sur le devant des jambes), je suis arrivé à la gare en nage mais je l'ai eu. Heureusement d'ailleurs, puisque le billet à partir de Rennes n'était ni échangeable ni remboursable.

Bon... repousser sans arrêt au lendemain des trucs que j'aurais très bien pu faire avant, attendre le dernier moment, d'y être acculé, c'est bien de la procrastination ? J'en suis atteint et je n'arrive pas à m'en débarrasser. Y-a-t-il des méthodes, d'ailleurs ?

Malgré cela, je suis bien arrivé sur Paris. J'ai encore commencé par un achat compulsif, qui ne marche pas, il faut donc que je retourne au magasin. Si j'arrive à en avoir une de fonctionnelle, j'en reparle.