(Petites, hein...)

Ce matin, je rentre du travail et pour une fois, je n'ai pas faim. Chic, dodo rapidement, ce n'est pas plus mal. J'enfile mes boules Quies et note à nouveau des douleurs dans l'oreille gauche.

Après l'introduction hier, j'entame le premier chapitre d'Histoire de la pudeur (Jean-Claude Bologne) et c'est à ce moment que mon ventre commence à grogner. Bah, pas grave, j'attends un peu pour voir et non, il ne veut rien savoir. Obligé de me relever, je mange une petite salade tomate / emmenthal rapidement, je me relave les dents, retourne me coucher et reprend mon livre. Mince, il est trop long ce chapitre, tant pis, dodo.

Je ne suis même pas encore endormi qu'un connard n'arrête pas de donner des coups de marteaux ! Pratiquement en continu ! Mais qu'est-ce qu'il fout, bordel ? Je tente d'enfoncer un peu plus les boules Quies, cela atténue à peine le son, je souffre pendant environ une heure des délires bricolesques d'un voisin, j'ai des envies de meurtres.

J'arrive quand même à m'endormir pour me faire réveiller par ma vessie. Non, mais ce n'est pas vrai, ils sont tous ligués contre moi. Et je ne vais pas me relever pour la vider car je sais fort bien que là, si je me relève, je n'arriverais plus à me rendormir. Alors, je me rendors et comme je m'en doutais, je me réveille régulièrement (à chaque cycle de sommeil ?) avec l'envie d'aller aux toilettes.

Je rajoute une heure à mon réveil, je suis trop crevé.

Je passe sur la période du réveil, trop déprimante.

J'enlève les boules Quies, effectivement, j'ai mal... Un coup de froid ? (j'ai pas mal éternué) Une irritation ?

Je ne suis pas trop levé que j'ai envie de retourner me coucher. Je suis naze, crevé. Je vais encore aller au travail, fatigué avant d'avoir commencé :urk: